Hommage à Stéphane Kremer

[1976-2005]

Stéphane, devant le Pamplemousse, 2002

hommage

Stéphane Kremer, Steph K., ou encore Stef. Certain-e-s l'auront connu sous le pseudonyme de "NEM", ou sous l'adresse électronique "nem.diy". Bien d'autres l'auront rencontré par courrier; par le biais de ses "Éditions Turbulentes"; à travers sa liste de distribution par correspondance, "Nun Enlitigas Mi"; pour son engagement auprès des prisonnier-e-s, au sein de l'ABC.

Tou-te-s garderont le souvenir d'une personne impliquée personnellement, engagée émotionnellement; dans ses idées, dans ses relations, dans ses combats. Celles et ceux qui l'ont côtoyé se souviendront de sa chaleur humaine et de la jovialité des moments échangés; ceux et celles qui ont partagé son quotidien n'oublieront pas son affection généreuse et sa tendresse attentionnée; ni ses amitiés entières, ni son caractère, à la fois doux et déterminé.

En ce mois d'avril 2005, Stéphane est décédé d'une overdose (*) dans son appartement, à Dijon. Il avait 29 ans. Difficile de commenter une fin si abrupte, imprévisible, sans se perdre en conjectures malheureuses. Qu'il ait vécu la drogue comme possibilité de plaisir assumé, ou qu'une détresse personnelle, politique, l'y ait mené; rien ne peut altérer l'estime, l'affection, la confiance que beaucoup lui ont porté.

Parce que certain-e-s, empreint-e-s du mépris généralement réservé aux usager-e-s de drogues, croiront pouvoir balayer son absence avec facilité; parce que rendre hommage à Stéphane implique de retracer la personne qu'il a véritablement été; parce que les grandes et petites choses qu'il a initiées, les projets qu'il a nourris et imprégnés de sa personnalité, les choix de vie qu'il a défendus et menés donnent sens à sa personne, à son histoire, à ce dans quoi il s'est engagé tout entier... il s'agit ici de les rappeler.

Voilà là l'objet de cet hommage. Évoquer Stéphane dans ce qu'il a été, dans ce pour quoi il a vibré, sans exagération ni complaisance, pour lui qui, souvent réservé, n'aurait pas souhaité focaliser cette attention, et, hostile aux éloges trop accentuées, ne se reconnaîtrait pas dans un tableau excessivement marqué.

Stéphane a fait ses premiers pas dans les mouvements libertaires il y a 10 ans. D'abord inspiré par la mouvance anarcho-punk "do-it-yourself", il est resté toute sa vie passionné de musique indépendante et engagée, tout en se consacrant particulièrement à la diffusion puis à l'édition de textes politiques subversifs. Sa liste de distribution par correspondance "Nun Enlitigas Mi" ("maintenant je vais dormir", en espéranto) a vu passer quelques milliers de brochures, de textes et de livres consacrés à l'anarchisme, au féminisme radical, à l'antispécisme, à l'anticarcéral et aux luttes de libération en général; donné-e-s contre quelques timbres et mots échangés par courrier, distribué-e-s lors de concerts et autres manifestations; souvent gratuit-e-s, parfois au prix de la photocopie. À cela sont venues s'ajouter les "Éditions Turbulentes", en 1998, s'attachant à nourrir des réflexions par la publication, à valoriser des problématiques méconnues ou dépréciées, souvent jugées secondaires et escamotées, jusque dans les milieux radicaux dans lesquels Stéphane était impliqué.

Végétarien, il refusait de cautionner la mise à mort et la souffrance de milliers d'êtres sensibles, niés dans leurs intérêts les plus élémentaires pour les seuls plaisirs du palais des humains. Antispéciste, il voulait combattre l'oppression basée sur l'appartenance à une espèce, celle-là même qui justifie l'exploitation animale au quotidien. Solidaire des luttes féministes, dont il souhaitait respecter l'autonomie, il était partie prenante de réflexions sur la domination masculine, le sexisme intériorisé, la construction genrée, défendant l'idée que "le personnel est politique". Antiautoritaire et anticapitaliste, il rejetait l'esclavage du travail salarié, pour s'investir dans des activités désirées plutôt que de "perdre sa vie à la gagner". Il n'était pas un "militant" pour autant, souhaitant vivre ses idées, sans les considérer comme une activité séparée. Libertaire, il tenait en horreur les prisons, et rêvait de leur destruction. Enfin, parmi les révoltes qui l'ont animé, faut-il citer la lutte contre la "grossophobie" - dictature des normes de beauté, stigmatisation et rejet des gros-se-s -, à laquelle il a consacré de nombreuses lectures & discussions, plusieurs brochures et beaucoup de passion.

Partie prenante du mouvement squat & anarchiste dijonnais, Stéphane aura notamment participé à la vie de l'Espace autogéré des Tanneries; dessiné et traversé, avec 6 autres personnes, l'expérience du "Pamplemousse", squat politique d'habitation ouvert en octobre 2000 et expulsé un matin de juin 2002; soutenu et fréquenté bien d'autres de ces lieux particuliers, contribué à leurs prises de tête, pris part à leurs déchirements comme à leurs meilleurs temps. Il aura participé au réseau ABC ("Anarchist Black Cross") de soutien aux prisonnier-e-s, entre autres collectifs, entre autres complicités; formel-le-s ou non, constitué-e-s au gré des actions, des concerts, de ces fêtes qu'il aimait, et des divers moments d'une certaine nébuleuse libertaire.

La mort de Stéphane est d'abord la disparition d'un être cher; mais aussi, ensuite, d'un morceau de cette histoire, de ces années, de ces espoirs. À nous de faire en sorte de conserver sa mémoire, et de nourrir ce à quoi lui, nous et d'autres nous sommes si ardemment consacré-e-s.

d., 2005/04/28

Note: cette évocation, forcément partielle, rend peu compte des deux années passées, lors desquelles j'ai moins connu Stéphane; d'autres se chargeront peut-être d'en témoigner.

informations

Un courrier envoyé par le procureur de la république le 6 octobre 2005 précise: "Après étude du dossier complet sur les recherches des causes de la mort de Stéphane KREMER, et notament des expertises toxicologiques et anatomo-patholigique, il ressort qu'aucune cause suspecte n'a pu être révélée. En conséquence, le dossier est classé sans suite ce jour".

Il n'a donc été trouvé aucune trace de drogue, et le décès ne serait donc pas dû à une overdose. Malgré la demande effectuée par la famille de Stéphane, nous ne saurons jamais la cause de son décès.

Conformément à ses souhaits, le corps de Stéphane a été incinéré.

Une "cérémonie" lui ressemblant, regroupant ses proches et ami-e-s s'est tenue à Metz, le 28 octobre 2005.

Sur ce site d'hommage seront progressivement mis-es en ligne textes et brochures paru-e-s aux Éditions Turbulentes: http://nem.brassicanigra.org/ (contact).

éditions turbulentes

Voici une liste des brochures éditées par les Éditions Turbulentes. Certains sont disponibles en ligne, d'autres suivront.

Éditions Turbulentes - parutions
date Titre Auteur-e(s) Lire
Septembre 1998 De la grève sauvage à l'autogestion généralisée Ratgeb pdf
Septembre 1998 Éloge de la paresse affinée Raoul Vaneigem
Septembre 1998 Protestation devant les libertaires du présent et du futur sur les capitulations de 1937 un "Incontrôlé" de la Colonne de Fer pdf
Février 1999 Déclaration devant le Tribunal d'Agen René Riesel
Février 1999 Fanatisme Raoul Vaneigem
Mai 1999 De l'appropriation à l'idée de Nature Yves Bonnardel
Mai 1999 Les poissons: une sensibilité hors de portée du pêcheur + La pêche: une vraie boucherie Joan Dunayer, Yves Bonnardel
Juin 1999 La libération des animaux: ce dont il s'agit, ce dont il ne s'agit pas Steve F. Sapontzis
Août 1999 Êtes-vous un homme de votre temps? Michel Bounan
Août 1999 Mode d'emploi du détournement Guy-Ernest Debord & Gil J Wolman
Août 1999 Théorie de la dérive + Introduction à une critique de la géographie urbaine Guy-Ernest Debord
Septembre 1999 Contre l'oppression des adultes sur les enfants + L'âge de raison Catherine Baker, David Olivier txt
Septembre 1999 Le caractère fétiche de la marchandise et son secret Karl Marx
Novembre 1999 Avis aux civilisés relativement à l'autogestion généralisée Raoul Vaneigem
Novembre 1999 L'organisation des conseils Anton Pannekoek
Novembre 1999 Préliminaires sur sur les conseils et l'organisation conseilliste René Riesel
Décembre 1999 Les arrière-pensées réactionnaires du sport Frédéric Baillette
Décembre 1999 Pourquoi j'ai cambriolé + Jacob devant ses juges Alexandre Jacob txt
Décembre 1999 Pourquoi j'ai tué Garnier
Décembre 1999 Proudhon, un refoulé sexuel Daniel Guérin
2000 L'"apologie" de l'anarchiste Nikos Maziotis
Janvier 2000 Abécédaire de l'anarchiste révolutionnaire Nestor Makhno
Janvier 2000 Comment des êtres humains ont été métamorphosés en hommes et en femmes + Ce qu'il y a de politique dans la contrainte à l'hétérosexualité Alice Schwarzer
Janvier 2000 L'Indonésie s'émeut(e) + L'Indonésie brûle
Janvier 2000 Le corps construit Colette Guillaumin
Janvier 2000 Mes procès Louise Michel
Février 2000 A brief history of the armed struggle of GRAPO in Spain + GRAPO: the resistance that never ends divers
Février 2000 Resistance means attack: armed struggled in western Europe
Février 2000 Seattle 30/11/99, du bon usage de la théorie divers txt
Février 2000 Three into one: the tripple oppression of racism, sexism, and class Klaus Viehmann
Mars 2000 Road-protests: 4 années de lutte radicale contre la construction routière et la destruction des milieux naturels en Angleterre nicolu
Septembre 2000 Black bloc(s), au singulier ou au pluriel... mais de quoi s'agit-il donc?
Mars 2001 Doing time with the A.L.F.
Novembre 2001 Oppression et libération de la grosseur, 1ière partie
Juin 2003 Anarchisme et marxisme Daniel Guérin
2003 Le contexte d'un soulèvement prolétarien Collectif Aufheben
2003 Contribution au programme des conseils modernes de prolétaires... Jimmy Lallement
Août 2004 Size Acceptance, pour l'acceptation des gros-ses Txiki
Août 2004 Le racisme, l'écriture et la construction du pouvoir Audre Lorde